"Les très étonnants Qu'est-ce-que c'est ?"

  • Galerie de Bretagne
Exposition Ronan-Jim Sévellec 2020

Exposition Ronan-Jim Sévellec 2020

Ronan-Jim SEVELLEC

est né à Brest en 1938. Très jeune, il s’initie au dessin, au modelage et à la peinture auprès de son père, l’artiste breton Jim-E.SEVELLEC, Peintre Officiel de la Marine. Ses premiers dessins paraissent dans la presse dès 1960. Etabli dans la région parisienne depuis 1967, il exerce la profession d’illustrateur, réalise des maquettes pour des productions cinématographiques, continue de peindre et participe à de nombreux salons.
En 1977, une exposition lui est exclusivement consacrée à la galerie Michel-Ange à Brest. Mais l’artiste va progressivement délaisser la peinture pendant plusieurs années au profit d’un travail entièrement tourné vers le volume. Trop général, ce mot signifie précisément modelage, montage, assemblage. Le terme « maquette » serait en l’occurrence aussi approximatif que réducteur. Pendant plus de dix ans, Ronan-Jim SEVELLEC disparaît du monde des expositions pour travailler ses volumes.

En 1989 pour la première fois, il présente ses boîtes d’inspiration surréaliste à Elbeuf en Normandie. Son oeuvre révèle année après année une vraie maturité autant qu’une vraie cohérence d’ensemble. En 1995, son exposition à Paris, à la galerie Soulié, rue Guénégaud, le révèle véritablement au milieu parisien.

Parallèlement à cette activité Ronan-Jim SEVELLEC peint, créé des objets et réalise des illustrations. Il a signé certaines de ses oeuvres peintes et travaux d’illustration : Ronan-Jim, Rogel et C. Schoonbeke.

«Dans une ambiance d’autrefois qui pourrait appartenir à une Mittle Europa oubliée, au rêve d’empires lointains, perdus dans les limbes d’une histoire oublieuse, de cités d’un Moyen-Orient ensablé, Ronan-Jim Sévellec a donné une forme à ses fantasmes dans la décrépitude et l’inscrustation physique du temps.»
 in Vénus et la corde à linge, de Eric Dissert
La Quinzaine Littéraire N°1186

«Car Ronan-Jim Sévellec est entièrement peintre, et entièrement poète ; aussi ne mélange-t-il jamais les genres peinture et littérature. c’est un homme rigoureux et précis, capable de mener jusqu’à son terme un travail hors de toute mesure.»
 in Etat des Lieux, par Pierre Souchaud,
Directeur de Art tension , 2005

«Voilà le moment, ou mieux la clé, qui ouvre le secret : des ensembles se forment dont le premier captif est leur auteur ( tant pis pour lui), victime de l’étonnant paradoxe des trompe-l’oeil : moins l’esprit est dupe, plus leur «mentir-vrai» séduit, plus ils plaisent.
Leur première manifestation  au grand jour, en 1989, que j’ai rappelée plus haut, qualifiée par la presse ébahie de «divine suprise», n’était autre que le prologue d’une suite de scènes plus fantastiques les unes que les autres, qui, d’exposition en exposition, a imposé le style d’un fabuleux opéra de Quat’ sous, la personnalité d’un poète de la lignée de Gaspard de la nuit».

 in Fin de partie, par  François Bergot
Conservateur général du patrimoine.

 

Les très étonnants  Qu’est-ce-que-c’est-?

De Ronan-Jim Sévellec

par Henry Le Bal

 

"Il y a une trentaine d’années, ami de Joël- Jim Sévellec, nous discutions tous deux dans la bibliothèque, si heureusement dense, dans son appartement brestois de la rue Yves Collet. La fenêtre était ouverte sur la mer et nous devisions, débonnaires sur la différence entre la morale et l’éthique. Un moment vint, vespéral, où posant son verre, le noble agrégé de lettres classiques déclara : « C’est la même chose. Simplement il y a un mot qui vient du Latin et un autre du Grec. C’est comme piscivore et ichtyophage... c’est la même chose, tous les deux mangent du poisson mais l’un à Rome et l’autre du côté d’Athènes. »
Une dizaine d’années plus tard, marchant dans une petite rue de Paris, une affiche me parle d’une exposition d’un certain Sévellec. Un autre Jim, mais Ronan-Jim cette fois. Le frère, apprendrai-je peu après. Les deux fils de Jim donc, le peintre de Bretagne des années cinquante-soixante.
Et là je découvre, dans cette petite rue près de l’église Saint Roch, une exposition ni de peintures ni de sculptures. Une exposition qui me laisse sans voix de ne pouvoir mettre un seul mot à ce qu’alors je vois.
Me voyant plus éberlué qu’un dodo devant une jeune Alice, la dame des lieux me dictionna  très laroussement que ce que nous avions devant les yeux avait pour nom : diorama.
Diorama. J’étais à présent plus riche d’un mot nouveau. D’un mot dont j’eûs aimé connaître l’inventeur. Dio-rama... : « à travers le panorama »... et Panorama... : pan-horama... « tout du spectacle »... ou «  tout comme spectacle », le spectacle du tout.
Le mot m’enchanta, au point qu’il me parut un temps, que l’ayant en bouche, à l’idée, j’étais ainsi débarrassé de ce que j’avais vu. Mais plus le mot était là, DIORAMA, plus il n’y avait rien à faire, les œuvres de Ronan-Jim Sévellec me faisaient signe de revenir voir, et voir, voir encore, une autre, une autre fois.
Et je revins. Revins d’exposition en exposition. Revins jusqu’à rencontrer enfin l’homme qui créait ces objets, ces choses, ces dioramas… ces choses-là appelées « diorama ».
Et l’homme me rappela son frère, le professeur de Lettres Classiques. L’homme avait le phrasé élégant de ceux qui lisent, qui parlent naturellement comme parlent les personnages de théâtre ou de grands romans avec cette sorte de délectation à rechercher le mot exact, cette sorte de courtoisie extrême à forcer sa pensée à la précision, cette politesse à offrir à la personne à qui l’on s’adresse une élocution toute de l’unisson de l’essentiel et de l’inattendu. En un mot commençant : « Ainsi.. » , ainsi vraiment ces choses-là n’avaient pu être créées que par cet homme-ci : et pour preuve, leur titre. A l’heure où l’on expose de plus en plus d’œuvres désignées sous l’accroche : « Sans titre 1 » ou « Sans titre B-4 », Ronan-Jim Sévellec nous donne à être ébahi par un atelier d’artiste intitulé évidemment : « L’Atelier de Cornélius Schoonbeke », émerveillé par une « boîte » intitulée bien sûr : « Sark Kahvesi » (le café turc), ou telle autre initiant le regard du visiteur au cœur de « L’heure étale »
Devant une œuvre de Ronan-Jim Sévellec, assez vite, l’œil demande à la raison de s’asseoir, de prendre un siège et rester un temps « ainsi » à regarder...
Le temps de se sentir entrer à l’intérieur, le temps de ne plus tenir compte du temps, avant de découvrir, pas-à-pas-faisant que ce lit défait à l’intérieur est peut-être celui du personnage qui y habite. Que cet lit défait est celui de ce matin même, que ce fauteuil est celui dans lequel, moi, qui viens de rentrer, lis son journal, ou ce roman encore ouvert.


Encore que...


Encore qu’une impression d’abandon, voire de décrépitude, finisse par prendre place en l’esprit. A tel point que si le moi qui découvre l’œuvre ait peu à peu le sentiment de revenir chez lui, il ne le fait qu’après quelque chose comme une longue absence.
Moi qui regarde, qui entre, suis celui qui revient. Et cette atmosphère d’abandon, de délabrement pourrait bien « être » la traduction d’une nostalgie, cette si classique douleur du retour. Un retour d‘où ? Ça, c’est à moi de le dire.... A moins que moi n’en n’ait à plus même le souvenir et que ce que l’œil voit soit cet ensemble d’objets écueils à l’eau étale d’une amnésie. D’autant qu’être sans mémoire c’est n’avoir plus d’autres souvenirs que celui-ci : la mémoire était la mère des 9 muses , la même des arts.


Ou...


Ou si l’on y voit des projets de décors de théâtre ou de cinéma, selon que l’on serait retourné visionner tel « Tchao Pantin » pour en goûter le lézardé on met peu de temps à se désillusionner. Moi cesse rapidement d’être spectateur pour se sentir devenir acteur, personnage, à moins que cela soit pantin d’un jeu de tire-ficelle dont nul ne sait la main.


Reste que...


Reste que devant tant de merveilles de création tant de 4èmes de murs ouverts sur le songe, demeure cette question : au final, qu’est-ce-que-c’est ? Oui qu’est-ce que je regarde ? Qu’est ce que je vois dont j’aimerais trouver le nom, un nom qui soit non une définition définitive mais une manière d’interrogation des mille et une façon de décrire l’émerveillement. Un mot donc du genre de celui-ci : un qu’est-ce-que c’est-? Ou pour faire, qui sait, plus dico : un keskecêt.
Ronan-Jim nous a « ainsi » confié ses keskecêts pour les offrir aux regards jusqu’à Noël.
             Quel cadeau...
                                         A y croire ...

Henry le  Bal
22 septembre 2020

dossier de presse à lire en ligne

Exposition Ronan-Jim Sévellec

Exposition Ronan-Jim Sévellec

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
www.galeriedebretagne.com Quimper -  Hébergé par Overblog